Drogba confiant

Le boulevard s’élargit de plus en plus devant la candidature de Didier Drogba à la présidence de la Fédération ivoirienne de football. L’ancien capitaine des Éléphants doit sans conteste profiter de ce passage pour inscrire le but victorieux aux inconditionnels du football ivoirien.

Deux parrainages au lieu d’un tel que recommandé

L’ancien buteur de l’Impact de Montréal devrait selon toute vraisemblance avoir deux parrainages pour sa candidature à la président de la FIF. Quelques heures après le vote écrasant de l’Amical des arbitres du football de Côte d’Ivoire en sa faveur, l’association des footballeurs ivoiriens est voie d’octroyer son parrainage à DD.

A en croire les confrères d’Afrique sports,  » le bureau actuel de l’Association des Footballeurs Ivoiriens (AFI) est en passe d’être disloqué. Et si le trio de tête de l’AFI, formé par Cyrille Domoraud, Arouna Dindane et Kolo Touré, est démis, le nouveau bureau procédera à un 2e vote à l’issue duquel il accordera sans doute son parrainage à Didier Drogba ». L’ancien marseillais obtiendra dans ce cas deux onctions.

Ce que traduisent les chiffres…

« Le parrainage de Yamoussoukro a été délivré par quelqu’un qui était forclos depuis un an« , rappelle Eugène Diomandé. Le président du Séwé sport de San Pedro poursuit son argumentaire en faisant appel quelques chiffres: A Yamoussoukro, on me dit qu’il n’y avait pas moins de 25 participants, alors que hier il y avait plus de 200 participants… est ce qu’un quorum peut être atteint avec 25 personnes.  On connait tous le quorum des arbitres qui est de 198 voix », tranche-t’il.

Quand n’est-il du choix de l’AMAFCI?

Un membre de la commission en charge des élections à la Fédération ivoirienne de football qualifie d’illégal le parrainage de l’AMAFCI. Faux, rétorque Eugène Diomande qui démontre sa position:

« Tous les documents existent à ce sujet (…) en matière de droit, il est impossible de refuser ce parrainage octroyé à Didier Drogba. Ce n’est pas un parrainage illusoire, dans la mesure ou, avant que cette AG de Yopougon ne se tienne, les arbitres qui sont parfaitement outillés au plan intellectuel, ont suivi la procédure administrative idoine… les documents ont été produits pièce par pièce au niveau du ministère de l’Intérieur, au niveau de la préfecture d’Abidjan… et c’est à la lecture des documents qui établissaient le caractère forclos de l’ancien président, et le caractère illégale de l’AG donnant le parrainage précédent à M. Sory, que le ministère a autorisé cette AG…  Cette AG qui a eu lieu à Yopougon s’est tenue de manière légale et autorisé« , conclut M. Diomandé.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *