Logo FIFA

La crise qui oppose la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) à la Ligue de football professionnel professionnel du Cameroun (LFPC) est loin de connaître son terme. Alors que les amoureux du ballon rond local comptaient sur une décision de l’instance faîtière du football mondial pour mettre un terme à cette guerre, que non! La réaction de la FIFA est ambiguë. Après la lettre très attendue de cette dernière, c’est la cacophonie totale. On crie victoire dans chacun des camps en conflit.

Veron Mosengo-Omba, directeur des associations membres FIFA

Veron Mosengo-Omba répond à Benjamin Banlock

Dans un courriel de Veron Mosengo-Omba adressé au secrétaire général de la Fécafoot, le 16 novembre de l’année courante, le Directeur de la division associations membres de la FIFA fait savoir que :

« la Fécafoot se doit de prendre sans tarder toute mesure permettant en priorité la reprise sous son égide du championnat interrompu ».  

L’extrait de Veron Mosenga-Omba ci-dessus est perçu et interprété différemment à la Fécafoot et la LFPC. Les responsables de ces organisations jubilent. Au regard des réactions de chacun, la FIFA reconnaît leur qualité d’organisateur des championnats professionnels.

A la LFPC la correspondance du régulateur mondial du football est la preuve s’il en fallait encore qu’elle est l’organe mandaté pour réguler et organiser le football professionnel camerounais. Selon leur interprétation, la lettre de Véron leur demande à cet effet de poursuivre les activités qu’ils ont démarrées le 1e du mois en cours.

C’est le même son de cloche à la Fécafoot. Quelques instant après la note de la FIFA, la cellule de communication de la faîtière locale a rendu public un communiqué dans lequel elle informe les présidents de clubs, la presse sportive et l’opinion publique que la première journée du championnat professionnel d’Elite one, initialement programmée, le 10 novembre puis reportée au 18 novembre est prévue le dimanche 22 novembre 2020. La LFPC programme de son côté la suite de son championnat, le 21 novembre de la même année courante.

Visiblement, la note de la FIFA semble créer plus de problème qu’elle n’en règle!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *