FIFA: Infantino et Kagame

Infantino change de candidat aux élections de la CAF

L’actuel président de la Fédération internationale de football association (FIFA), Gianni Infantino pèse de tout son poids pour porter son « candidat »à la tête du Comité exécutif de la CAF. On l’a vu opérer de nombreuses tractations pour « hisser » M. Ahmad à la présidence de l’instance faîtière du football africain. Le Suisse n’hésite d’ailleurs pas à lâcher ses soutiens au gré de ses intérêts. M. Ahmad en a fait les frais. C’est au tour d’Ahmed Yahya de subir la binarité de M. Infantino.

Tout pour le 12 mars…

La Confédération africaine de football est supposée d’avoir un nouvel homme à sa tête, le 12 mars prochain. Très impliqué dans ces élections au regard de ses multiples voyages sur le continent, c’était un secret de polichinelle de dire que Gianni Infantino affichait son soutien à Ahmed Yahya, président de la Fédération mauritanienne de football. Le Suisse a revu ses plans.

A en croire certaines indiscrétions glanées auprès du clan du Mauritanien, M. Infantino ne portera plus la candidature de celui-ci: « Il (Infantino, Ndlr) a fait ouvertement savoir qu’Ahmed devrait patienter », révèle notre source. Qu’est-ce qui peut expliquer cette volte-face?

Infantino et Kagame
Infantino et Kagame

Une affaire de petits copains…

Patrice Motsepe et Paul Kagame sont de bon amis. Les deux hommes sont engagés dans de nombreuses affaires. Un entretien entre le président rwandais et le patron de la FIFA a poussé ce dernier revoir ses positions sur le choix du dauphin d’Ahmad Ahmad à la tête de la CAF. Une source à la présidence de la république du Rwanda nous renseigne que le boss (Kagame, Ndlr) a demandé à Infantino de soutenir la candidature du Sud-Africain. Ce serait cette demande de Paul Kagame qui aurait amené le patron de l’instance faîtière du football mondial à lâcher Ahmed Yahya au profit de Motsepe. Le camp Infantino-Kagame a tout de même quelques craintes.

La coalition Anouma-Senghor

Le clan Infantino qui pense pouvoir porter Patrice Motsepe à la tête de la CAF n’est pas du tout aussi serein. Il redoute une coalition entre Jacques Anouma et Augustin Senghor. En cas d’union entre ces deux hommes qui ont chacun une grosse expérience de gestion du football sur le plan continental et mondial, il serait extrêmement difficile pour Infantino de faire passer son candidat.

Il convient de préciser que selon une enquête réalisée auprès des 54 fédérations qui constituent la CAF, le tandem Senghor-Anouma compte plus d’une trentaine de fédérations membres avec eux. Suffisant pour remporter les prochaines élections du 12 mars prochain.

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *