Diego Maradona champion du monde

Diego Maradona, l’un des meilleurs joueurs de l’histoire du football est décédé, le 25 novembre de l’année courante. Le décès de l’Argentin âgé de 60 ans crée une onde de choc en Argentine, son pays d’origine et dans le monde entier. De Rio à Montréal en passant par Paris, Pékin, Batoufam, c’est l’émoi total. Diego Maradona n’est plus! Une page de l’histoire du football se ferme avec sa disparition. Mais que de beaux souvenirs:

Le 3 juillet 1990, Diego court…

Diego Maradona célèbre un but
Diego Maradona célèbre son but

Si je ne devais retenir qu’une image de Diego, ce serait celle ci-dessus. Sa joie après un tir au but inscrit contre l’Italie en demi-finale de la Coupe du monde 1990. Nous sommes en juillet 1990, Maradona et l’Argentine jouent contre l’Italie à Naples dans la ville qui l’a élevé au rang de divinité. Fait inédit, le public ne siffle pas l’hymne argentin, partagé entre son amour de l’Italie et celui porté au Pibe de Oro.

Au terme de 120 minutes, les tirs aux buts doivent décider de l’issue de la rencontre. Quand Diego s’avance pour tirer, les Argentins ont un penalty d’avance. Et s’il fait une bonne Coupe du monde, il n’a toujours pas inscrit de but et a raté son tir au but quatre jours plus tôt contre la Yougoslavie. Mais, son pied ne tremble pas et il prend le gardien italien à contre-pied.

Il court et va se jeter dans les bras d’un membre du staff technique. Et dans cette course, il y a tout : le soulagement après le doute, même chez lui le meilleur joueur du monde, le bonheur, toute la joie de l’enfant qu’il est resté et qui inscrit un but dans une cour d’école et pour lequel le monde s’arrête…

Il court, il court… malheureusement vers la fin. L’Italien Serena ratera le tir au but suivant et c’est l’Argentine qui jouera en finale sous les sifflets du public romain. On se souvient de ses pleurs, mais ensuite tous ces excès déjà connus seront mis en lumière, l’obligeant à quitter l’Italie, puis l’Europe.

C’était le début de la fin pour Diego, mais également de la fin d’un certain football, un football où une équipe pouvait se retrouver sur les marchés pour acheter des maillots à quelques heures d’une rencontre de Coupe du monde. Deux ans plus tard, à l’occasion de l’Euro 1992, apparaissent les maillots floqués au nom des joueurs et l’extrême individualisation des performances des joueurs : ce penalty était le 4ème de l’Argentine. Contre la Yougoslavie, c’était le 3ème. Désormais, CR7 ou Neymar tirent le 5ème… en espérant que ce sera celui qui fait les résumés des JT et des réseaux sociaux.

Maradona va sans doute retrouver à l’au-delà le capitaine des Lions Indomptables au mondial italien, Stéphane Tataw. La star argentine lui avait rendu hommage, lors de son décès le 31 juillet dernier.

 

Diego Maradona et Stephen Tataw
Diego Maradona et Stephen Tataw avant le match Argentine -Cameroun au mondial 90

Repose en paix Diego, tu continues à courir dans nos cœurs

Par Hervé Vanje

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *