Échec de Paul Biya, président de la république du Cameroun

Le litige qui oppose la Fédération camerounaise de football (Fécafoot) à la Ligue de football professionnel du Cameroun (LFPC) semble loin de connaître son dénouement. Rien n’arrête les velléités des belligérants. Rien. Même pas le président de la République en exercice du pays, Paul Biya. La médiation enclenchée par ce dernier par le canal de son secrétaire général est sur le point d’échouer. La journée du 20 novembre de l’année courante, supposée mettre un terme aux heurts est visiblement l’apothéose du conflit.

Les faits saillants de la journée!

Alors qu’on annonçait pour ce jour le communiqué final d’une réunion de cesser le feu entre les acteurs engagés dans ce conflit ladite réunion initiée par le Secrétaire général du palais de l’unité sur « TRÈS HAUTE INSTRUCTION DU CHEF DE L’ETAT », que non. C’est une ordonnance sur requête de mesures superprovisionnelles déposées, le 17 novembre 2020 par la Ligue de football professionnel du Cameroun au Tribunal arbitral du sport (TAS) qui est servie aux Camerounais. Cette ordonnance traitant de la procédure d’appel entre la LFPC et la Fécafoot a été admise, apprend-on de la présidente de la Chambre arbitrale d’appel du TAS. Ladite chambre renseigne que:

les compétences de la Ligue de football professionnel du Cameroun sont rétablies jusqu’à droit connu sur l’appel déposé par la Ligue de football professionnel du Cameroun.

L’ordonnance susmentionnée rendue par Corinne Schidhauser, présidente de la chambre d’appel a fait réagir l’instance faîtière du football Camerounais. Dans un communiqué de presse signé par Me Abdoul Aziz, Me Elame Bonny, Me Claude Assira, tous conseils de la Fécafoot, l’on dénonce la décision de Me Schidhauser. A en croire les contestataires,

La régularité de cette ordonnance rendue dans des conditions inhabituelles, sans que la partie adverse (Fécafoot) ait été sollicitée pour formuler ses observations, interpelle et intrigue. Dans le même communiqué, l’instance dirigée par Seidou Mbombo Njoya promet attaquer cette ordonnance:  » Bien entendu, la Fécafoot, entend mettre en oeuvre tous les moyens propres à la sauvegarde du football camerounais et de ses prérogatives.

Pour conclure, la Fécafoot fait savoir que: « elle a aussitôt donné mandat à ses conseillers d’initier toutes les procédures adaptées à l’effet d’obtenir la mise à néant de ladite ordonnance auprès du TAS ». Le patron de l’exécutif de la Fécafoot qui informait l’opinion publique, au cours d’une conférence de presse, qu’il a passé plus de temps dans les tribunaux qu’à gérer le football sur le terrain n’est pas sur le point de s’arrêter.

Les joueurs ne demandent qu’à jouer

Après la médiation foireuse de la FIFA dans cette affaire, c’est au tour du premier sportif camerounais, Paul Biya d’échouer. Les perdants de cette interminable guerre sont les footballeurs. Ces derniers ne demandent rien d’autre que JOUER!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *